Français Anglais

Recherche rapide

accueil

Nos produits

• AMM

• DIETETIQUES

• AUTRES PRODUITS

MELADININE

MELADININE

Méthoxsalène


Dans le cadre de la photochimiothérapie : psoriasis, vitiligo, mycosis fongoïde, lymphomes T cutanés, lichen plan, pelade décalvante, photodermatoses, mastocytose cutanée, dermatite atopique.


Notice
RCP


FORMES et PRÉSENTATIONS

Comprimé (blanc) : Tube de 30.
Solution à 0,1 % (faible) et à 0,75 % (forte) pour application locale : Flacons de 24 ml

COMPOSITION

Comprimé : p cp
Méthoxsalène 10 mg
Excipients : amidon de maïs, lactose, talc, saccharose, gomme arabique, stéarate de magnésium.
Solution à 0,1 % (faible) : p flacon
Méthoxsalène 24 mg
Excipients : macrogol 300, glycérol, alcool.
Solution à 0,75 % (forte) : p flacon
Méthoxsalène 180 mg
Excipients : acétone, propylèneglycol, alcool.

INDICATIONS

Dans le cadre de la photochimiothérapie : psoriasis, vitiligo, mycosis fongoïde, lymphomes T cutanés, lichen plan, pelade décalvante, photodermatoses, mastocytose cutanée, dermatite atopique.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION

Comprimé :
Patient :
jusqu'à 30 kg : 1 comprimé/séance ;
31 à 50 kg : 2 comprimés/séance ;
51 à 65 kg : 3 comprimés/séance ;
66 à 80 kg : 4 comprimés/séance ;
81 à 90 kg : 5 comprimés/séance ;
au-dessus de 90 kg : 6 comprimés/séance.
L'administration de Méladinine doit être suivie, 2 à 3 heures plus tard, d'une exposition au soleil ou d'une
irradiation UVA.
- Exposition au soleil
(souvent préconisée dans le traitement du vitiligo) : elle doit être progressive, 10 à 15 minutes en début de
traitement.
Le temps d'exposition peut être étendu à 30 minutes, voire 1 heure, si l'érythème lié au traitement n'est pas
excessif.
Attention : les réactions érythémateuses sont observées 48 heures après l'exposition. L'augmentation des
durées d'exposition ne peut donc se faire avec le minimum de risque que tous les deux jours.
- Irradiation UVA (photochimiothérapie, puvathérapie) :
elle nécessite un équipement spécial avec des lampes émettant des UVA entre 320 et 380 nm, avec un pic
à 365 nm, et n'émettant pratiquement pas d'UVB.
Les modalités du traitement (durée, rythme des séances) dépendent de l'intensité des lampes et du phototype.

Phototypes Doses d'UVA (joules/cm2)
traitement initial progression

Brûle toujours, ne bronze jamais 0,5 0,5
Brûle toujours, bronze légèrement 1 0,5
Brûle parfois, bronze toujours 1,5 0,5/1
Ne brûle jamais, bronze toujours 2 1

Sujets pigmentés

(asiatiques, africains du nord) 3,5 1/1.5
Noirs

La durée d'exposition peut également être déterminée par la dose phototoxique minimale (DPM).
Le rythme des séances est, selon les indications, de 2 à 4 par semaine.
La durée d'exposition établie selon le phototype ou selon le résultat de la DPM est augmentée à chaque séance, selon la tolérance du malade et l'évolution de la maladie.
Ne pas dépasser la dose maximum d'UVA par séance, qui va de 10 joules/cm2 pour le type I jusqu'à 20 joules/cm2 pour le type VI.
Habituellement, le nombre de séances pour obtenir un blanchiment satisfaisant d'un psoriasis est de 15 à 25.
Le mycosis fongoïde nécessite un plus grand nombre de séances.
Le traitement d'entretien (de une fois par semaine à une fois par mois) est conduit avec la même dose que celle utilisée à la dernière séance.
Les modalités peuvent être différentes pour les mauvais répondeurs au traitement classique.
Celui-ci peut être adapté en fonction de la cinétique individuelle.
Coût du traitement journalier : 0,11 à 0,67 euro(s).

Solution pour application locale :
La solution de Méladinine forte à 0,75 % ne doit s'utiliser que de façon rarissime et uniquement après utilisation au préalable de la solution faible à 0,1 %.
Le traitement par applications locales de Méladinine en solution doit être réservé aux lésions localisées et
limitées, et faciles à protéger de toute surexposition au soleil. Commencer toujours par la solution faible à 0,1 % (que l'on peut si nécessaire encore diluer avec de l'alcool à 60° pour réduire la concentration à la moitié ou au quart). Le traitement doit être conduit avec la plus grande prudence pour éviter tout risque de brûlure. Appliquer la solution avec un tampon de coton monté et en prenant soin de rester à distance des bords des plaques, afin d'éviter d'entraîner une hyperpigmentation périphérique inesthétique.
- Irradiation par exposition au soleil :
Elles sont réalisées en fin d'après-midi. Compte tenu du fait que l'érythème ne survient que 48 heures
après une exposition, les séances seront plutôt faites toutes les 48 heures au début.
Les temps d'exposition doivent être rigoureusement respectés et très progressivement augmentés :
1re semaine : un quart de minute,
2e semaine : une demi-minute,
3e semaine : 1 minute,
4e semaine : 1,5 à 2 minutes.
Le temps d'exposition ne doit être augmenté que si l'érythème n'a pas été trop violent 48 heures après la
dernière séance.
En cas d'excellente tolérance (peau très pigmentée), la solution forte peut être utilisée après 3 à
4 semaines en revenant à des temps d'exposition de un quart de minute. La durée d'exposition sera de
nouveau progressivement augmentée. - Irradiation par UVA (puvathérapie) :
L'exposition aux lampes à UVA, une heure après l'application de la solution, doit être progressive à partir
d'une dose de 0,25 à 0,50 joule/cm2 à la première séance. La progression d'une séance à l'autre est de
0,25 joule/cm2.
En cas d'érythème excessif ou de prurit, le traitement doit être interrompu momentanément ; il sera repris
avec une dose ne dépassant pas la moitié de la dose précédente.

POSOLOGIE ET MODE D'ADMINISTRATION (Suite...)

- Balnéopuvathérapie :
Elle associe un bain contenant du méthoxsalène et des irradiations UVA.

Le bain est préparé en diluant un flacon de Méladinine solution forte à 0,75 % dans 80 à 100 litres d'eau,
pour obtenir ainsi une concentration de 1,8 mg à 2,2 mg de méthoxsalène par litre (soit 2 flacons pour une
baignoire d'adulte de 150 à 160 litres).
Le bain, d'une durée de 15 minutes, est suivi d'une irradiation pratiquée immédiatement après séchage
(sans frottement mais par tamponnement).
Les doses d'UVA préconisées sont moins élevées. Pour la première séance, la dose est de 0,20 joule/cm2 ;
elle est progressivement augmentée de 0,02 à 0,05 joule/cm2 à chaque séance pour atteindre un maximum
d'environ 1 joule/cm2.
A la fin de chaque séance d'irradiations (soleil ou UVA) :
Les zones traitées doivent être rigoureusement rincées et protégées contre toute surexposition aux rayons du soleil par le port de vêtements, gants, foulard, etc. et pour les parties découvertes qui ne peuvent être protégées, par l'application d'une crème écran total antisolaire, et cela au moins pendant les 24 heures qui suivent chaque séance.

CONTRE-INDICATIONS

Dues à Méladinine :
Comprimé :
Insuffisance cardiaque.
Insuffisance hépatique et rénale.
Hypertension artérielle.
Comprimé et solutions pour application locale :
Utilisation à des fins cosmétiques, pour le bronzage.
Affections cutanées aggravées par le soleil (lupus érythémateux, porphyries).
Dues à la puvathérapie :
Cataracte.
Antécédent de cancer cutané.
Traitement antérieur par des agents arsenicaux, des radiations ionisantes.
Enfant.

MISES EN GARDE et PRÉCAUTIONS D'EMPLOI

Mises en garde :
Méladinine ne doit pas être utilisé à des fins cosmétiques, en particulier pour le bronzage : risque de brûlure.
Précautions d'emploi :
Toute exposition au soleil après prise orale ou traitement local par Méladinine entraîne un risque important de
brûlures.
Respecter rigoureusement la progressivité des durées d'exposition aux UV (soleil ou lampe) et éviter, après
chaque séance, toute exposition supplémentaire au soleil en se couvrant et en utilisant, pour les parties
découvertes, une crème écran total antisolaire, cela afin d'écarter tout risque de brûlure (ces précautions doivent être plus rigoureuses encore en cas de traitement local).
Conseiller le port de lunettes noires efficaces contre les UVA pendant les séances et durant les 8 à 10 heures et
parfois même les 24 heures qui suivent.
Chez les jeunes femmes, conseiller un moyen contraceptif pendant la durée du traitement.
Tenir compte des risques potentiels à long terme de la photochimiothérapie, qui imposent une stricte surveillance du malade : vieillissement cutané, modifications pigmentaires, risque d'induction d'épithéliomes spinocellulaires, risque cataractogène.

INTERACTIONS

Éviter l'emploi concomitant de médicaments pouvant avoir des propriétés photosensibilisantes.

GROSSESSE et ALLAITEMENT

Chez l'animal, le méthoxsalène n'est pas tératogène.

Dans l'espèce humaine, les données cliniques sur de petits effectifs ne montrent pas d'effet malformatif spécifique.
Néanmoins, l'insuffisance des données justifie d'éviter le traitement pendant la grossesse.

EFFETS INDÉSIRABLES

Comprimé et solutions pour application locale :
Des cas de brûlures graves ont été rapportés.
Effets liés au surdosage en UVA : prurit, érythème post-puvathérapie, réactions photo-allergiques, phénomène de Koebner, induction de pemphigoïdes bulleuses, de lupus érythémateux.
Comprimé :
Effets propres au méthoxsalène : gastralgies, inconfort abdominal, nausées (que l'on peut atténuer en prenant les comprimés avec des aliments, du lait en particulier).

PHARMACODYNAMIE

Photosensibilisant (D : dermatologie).
Le méthoxsalène (ou 8-méthoxypsoralène) possède un pouvoir photodynamisant qui sensibilise la peau à l'action des rayons ultraviolets solaires ou artificiels.
Son spectre d'action se situe entre 320 et 380 nm, le maximum d'efficacité étant obtenu avec 365 nm.

PHARMACOCINÉTIQUE

L'administration du méthoxsalène par voie orale entraîne une photosensibilisation cutanée qui est maximale entre 2 et
4 heures et disparaît au bout de 6 à 8 heures.
90 % du produit sont éliminés en 12 heures, dans les urines, sous forme de dérivés hydroxylés ou glycuroconjugués.
Il existe de grandes variations individuelles.

PRESCRIPTION/DÉLIVRANCE/PRISE EN CHARGE
LISTE I
AMM 306 566.1 (1953/95) cp.
306 567.8 (1953/95) sol faible.
306 568.4 (1953/95) sol forte.

Remb Séc soc à 65 %. Collect.
Titulaire de l'AMM : CLS Pharma      contact@clspharma.fr